Les palmarès du 64ème Festival de Cannes

JPEG

64ème Festival de Cannes
Du 11 au 22 mai 2011



Le Festival de Cannes célèbre chaque année depuis 64 ans le cinéma, mais pas uniquement. Au fil des années, le Festival est également très attendu sur la croisette pour ses défilés de stars françaises et internationales, pour ses immanquables et inoubliables montées des marches.

La 64ème édition n’a pas dérogé à la règle, avec ses 20 films en compétition pour la Palme d’Or et ses 50 autres films pour la sélection officielle, la quinzaine a été exceptionnelle et surtout riche en émotions, en surprises, en découvertes et en diversité. Emouvante par le naturel de la maîtresse de cérémonie, la touchante Mélanie Laurent, mais également par l’hommage rendu au grand Jean-Paul Belmondo qui a reçu une Palme d’Or d’Honneur pour ses 60 ans de carrière.

Le Festival s’est refermé le dimanche 22 mai sur la consécration du réalisateur Américain Terrence Malick, pour son cinquième long-métrage, The Tree of Life. Le cinéaste, connu pour sa timidité n’est pas venu sur scène chercher sa récompense. Le monde du cinéma est prévenu, la sélection 2011 a placé la barre très haut pour l’année prochaine et promet, tout comme cette année, de grands moments de cinéma.


- Les membres du Jury : Pour cette 64ème édition, un grand nom du cinéma s’est vu confier le rôle de Président du Jury, Robert de Niro. Il était entouré de 8 autres personnalités du cinéma, dont le réalisateur français Olivier Assayas, l’actrice américaine Uma Thurman, ou encore le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun.


- La Palmarès 2011 : Cette année, le Jury a attribué :

- le Grand Prix ex aequo à Luc et Jean-Pierre Dardenne, pour Le gamin au vélo et à Nuri Bilge Ceylan pour Once upon a time in anatolia ;
- le Prix de la Mise en scène au réalisateur Danois, Nicolas Winding Refn ;
- le Prix d’interprétation masculine à Jean Dujardin pour sa performance dans The Arstist ;
- le Prix d’interprétation féminine à l’actrice Kirsten Dunst pour son rôle dans Melancholia.


JPEG


- La Palme d’Or 2011 : The Tree of Life - Terrence Malick  :
The Tree of Life a divisé la croisette, mais n’est-ce pas le rôle d’un film de déclencher les passions et de faire couler de l’encre, que ce soit en termes élogieux, à demi teinte ou simplement des critiques ?
Plongés dans la ville de Waco, « le Cœur du Texas », des années 1950, nous suivons la vie de Jack et de sa famille, partageant avec lui ses émerveillements, ses découvertes, ses déceptions, ses souffrances mais également ses joies et ses espoirs.

Tiraillé entre un père extrêmement exigeant – incarné par Brad Pitt – et une mère aimante et rassurante, Jack doit grandir avec cette dualité, avec cette relation difficile qu’il entretient avec son père, et doit se forger sa propre perception du monde, jusqu’au jour où tout bascule et où il est confronté à la souffrance et la mort. Filmée de telle sorte que la caméra ne s’arrête jamais et suit chaque mouvement des personnages, Terrence Malick nous propulse dans une fresque sur la vie, pour ne pas dire sur sa vie, avec une liberté artistique qui pourra déplaire à certains comme elle pourra en émerveiller d’autres.

JPEG

« Terrence Malick retrouve ce talent si particulier qui est le sien : capter la beauté simple du vent dans les arbres, de la vie se déroulant sous nos yeux. Des scènes souvent belles à en pleurer, et qui mettent en perspective le destin de ses héros, de l’Homme sur Terre, la Vie en perpétuel renouvellement, le lien qui nous connecte à notre environnement. » (Cinemateaser.com)

« The Tree of Life est d’une présomption tour à tour effrayante, dérisoire et bouleversante…. Autobiographique et cosmique »
(Le Monde.fr)

Dernière modification : 26/05/2011

Haut de page