Intervention de M. Edouard COURTIAL - 15 novembre 2011

Intervention de M. Edouard COURTIAL,
Secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat,
Ministre des Affaires étrangères et européennes,
chargé des Français de l’étranger

devant la Communauté française

Boston, mardi 15 novembre 2011



Monsieur le Consul Général, et chère Madame,
Madame la Consule honoraire,
Messieurs les Présidents d’association,
Chers compatriotes, chers amis.

Voilà un peu plus d’un mois que je parcours le monde à la rencontre des Français. C’est ce que je fais aujourd’hui à Boston dans le cadre d’une grande tournée américaine.
A Boston, vous être une communauté exemplaire.

Vous êtes d’après les registres du Consulat général, près de 7 000 personnes à vivre dans les cinq États de la circonscription consulaire.

Vous vous caractérisez par votre jeunesse et votre dynamisme.

Confrontée à un environnement particulièrement compétitif, votre communauté est en constante augmentation depuis plusieurs années, de près de 50% en 10 ans à peine.

Pour fixer les idées, vous êtes presque aussi nombreux que la communauté française dans tout le Japon.

Sans remonter très loin dans le passé, quelques facteurs ont favorisé cette importance numérique.

Le premier, c’est l’implantation de trois établissements d’enseignement français : l’Ecole internationale de Boston qui scolarise 550 élèves de la maternelle à la terminale, l’Ecole française du Rhode-Island avec 200 élèves de la maternelle jusqu’à la quatrième et l’Ecole française de Portland avec un peu moins d’une centaine d’élèves.

Ces établissements sont essentiels pour l’attractivité de la région. Nous en sommes fiers.

Le gouvernement en est parfaitement conscient puisqu’il a consacré cette année plus de deux millions de dollars au titre des bourses scolaires et de la prise en charge des frais de scolarité des classes de seconde, première et terminale.
Pour le lycée de Boston, cette aide représente plus de 20% de l’ensemble des ressources de l’établissement. C’est tout à fait considérable.

Ces efforts sont réalisés pour permettre aux jeunes Français de poursuivre ici une scolarité normale, compatible avec le système et les enseignements dispensés en France.

Aucun autre pays dans le monde n’en fait autant pour ses enfants.

C’est l’une des priorités du Président de la République et du Premier Ministre.

Deuxième élément d’explication de votre importante présence : vous avez la chance de vivre dans une région dynamique dont l’économie repose pour beaucoup sur l’innovation, la recherche, l’enseignement supérieur, et les sciences de la vie.

Le pari qui a été fait par les autorités est payant puisque par exemple le Massachusetts a un taux de chômage largement au dessous de la moyenne nationale.

A Cambridge, où nous nous situons aujourd’hui, nous sommes dans un marché de quasi plein emploi.

Vous êtes des Français actifs et vous contribuez efficacement à cette vitalité économique.

***



Je voudrais saisir cette occasion pour saluer l’excellent travail de tous les acteurs français dans la région.

Je commencerai tout d’abord par la Chambre de Commerce franco-américaine chapitre de Boston, dirigée par M. Maurice GERVAIS à qui je voudrai rendre hommage.

La collaboration entre la Chambre et le Consulat général est exemplaire de la relation que nous devons veiller à entretenir avec le monde des affaires.

Les nombreuses initiatives prises ces dernières années pour lui donner plus de visibilité et d’efficacité sont des éléments qui contribuent à ce dynamisme que je saluais à l’instant.

Je souhaiterai également saluer Mme Marie LANDEL, qui préside le chapitre local des conseillers du commerce extérieur, une section très féminine, ce qui est encore trop rare, et particulièrement innovante.

Je remercie ses membres qui acceptent de prendre de leur temps pour répondre aux demandes des autorités françaises.

Merci pour vos conseils, merci votre expertise que vous mettez au service des entreprises françaises pour les aider à prendre pied sur le marché américain.

Ces deux exemples montrent à quel point il est important d’avoir une communauté française solidaire et réactive.

C’est essentiel dans le monde des affaires mais c’est également important dans les réseaux associatifs, qu’il s’agisse de Boston-Accueil qui dispense des conseils aux nouveaux arrivants et rassemble la communauté pour différentes activités, de l’Union des Français de l’Etranger et ou de Français du Monde-ADFE.

Je saisis cette occasion pour saluer leurs représentants.

Au delà, il est important que vous gardiez le fil avec la France.

Vous pouvez compter avec la présence d’un Consul général particulièrement dynamique.

L’équipe qui l’entoure gère non seulement la communauté française, mais organise de nombreuses activités culturelles, qui mettent en valeur la richesse et la diversité de la France, et contribue en outre à rapprocher les communautés scientifiques de nos deux pays.

Cette équipe est vraiment à votre service.

Je sais à quel point les expatriations peuvent être parfois difficiles.

Vous avez la chance de vivre dans un environnement exceptionnel par sa qualité et son effet stimulant.

Pourtant, les conditions de vie ne sont pas toujours très faciles.

Plus de la moitié des Françaises qui vivent ici n’ont pas d’emploi.

Cette situation est préoccupante et affecte nombre d’entre vous.

Les solutions ne sont pas simples mais il me semble utile que nous puissions y réfléchir collectivement.

Sachez en tout cas qu’avec le Ministre des Affaires étrangères et européennes, je suis à l’écoute de la communauté française et de ses besoins.

***



L’un d’entre eux était relatif à la faible représentation dont elle disposait en France pour faire valoir ses droits.

L’année 2012, vous le savez, sera une année électorale très importante avec l’élection du Président de la République, suivie en juin, des élections législatives.

Pour la première fois, vous pourrez élire les 11 députés représentant les Français de l’étranger, suite à la réforme constitutionnelle de 2008.

La participation électorale à ces deux grandes échéances démocratiques sera déterminante.

A travers le nombre de votants, les Français de l’étranger enverront un message à la Nation.

Ils diront leur fierté de faire ce geste civique et républicain, ils diront qu’ils ont conscience de faire partie d’une même et seule Nation en dépit de leur éparpillement sur toute la surface du globe.

Ils diront qu’ils sont chacun une parcelle du Peuple français.

Au-delà des résultats proprement dits, c’est-là que réside à mes yeux un des véritables enjeux de 2012.

Merci de votre attention.

Vive la République, vive la France !

Dernière modification : 16/11/2011

Haut de page