Syrie : projet de résolution russe du Conseil de sécurité des Nations unies

Projet de résolution russe du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie déposé le 15 décembre

Depuis plusieurs mois, la France dénonce le blocage scandaleux du Conseil de sécurité. Il faut mettre un terme aux violences intolérables du régime syrien contre sa propre population, qui ont déjà fait plus de 5000 morts et font chaque jour de nouvelles dizaines de victimes. Cette réalité a été décrite de façon alarmante par le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme, Mme Navi Pillay. Elle a conduit à une forte mobilisation de la Ligue arabe, dont les efforts doivent être soutenus par le Conseil de sécurité à la veille de sa réunion de samedi.

La France prend comme un développement positif la décision russe de reconnaître que la profonde dégradation de la situation en Syrie appelle une résolution du Conseil de sécurité.

Elle est prête à travailler avec tous ses partenaires mais souligne que le texte russe comporte des éléments qi ne sont pas acceptables en l’état. Il est en particulier inacceptable de mettre sur le même plan la répression du régime syrien et la résistance du peuple syrien. Chaque jour des milliers de personnes manifestent pacifiquement et sont les victimes d’une répression sanglante.

Le Conseil de sécurité doit condamner ces crimes contre l’humanité. Il doit exprimer la volonté de la communauté internationale afin que soit mis fin à cette répression sauvage. Il doit apporter son appui aux efforts de la Ligue arabe. Il doit appeler à une solution politique crédible qui fasse droit aux aspirations légitimes du peuple syrien.

La France et ses partenaires souhaitent l’adoption rapide d’une résolution substantielle. Chaque membre du Conseil de sécurité doit assumer les responsabilités qui lui incombent. Après les résolutions adoptées récemment au Conseil des droits de l’Homme et à l’Assemblée générale des Nations unies qui ont manifesté le consensus croissant de la communauté internationale sur la crise syrienne, le Conseil de sécurité doit enfin agir.

Dernière modification : 19/12/2011

Haut de page