Stanley Hoffmann, universitaire franco-américain, décède à l’âge de 86 ans [en]

JPEG

C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons que Stanley Hoffmann, l’une des personnalités françaises les plus prestigieuses du monde universitaire américain, s’est éteint le 13 septembre 2015. Professeur émérite en sciences politiques à l’Université de Harvard, fondateur et Président du Centre d’Etudes Européennes, formateur de nombreux étudiants venus du monde entier, cette personnalité façonnée par l’histoire du XXème siècle aura marqué le monde académique et les relations franco-américaines pendant plus de cinquante ans.

Né en 1927 à Vienne d’une famille juive, Stanley Hoffmann passe sa jeunesse à Nice : sa famille émigre une année après sa naissance. Elève ensuite au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, ses jeunes années vont être marquées par les heures sombres de la deuxième guerre mondiale.

Stanley Hoffmann obtient la nationalité française en 1947, alors qu’il étudie à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il en sortira major de promotion. Après un doctorat en droit des organisations internationales, il obtient une bourse d’un an pour étudier à Harvard. Après avoir effectué son service militaire, il revient à Harvard en 1955 pour y débuter une longue et brillante carrière.

Considéré comme l’un des plus éminents spécialistes des relations internationales, ses nombreux ouvrages lui confèrent une influence et une audience qui dépassent largement le monde universitaire et les Etats-Unis.

Indépendant de tout courant intellectuel et scientifique, Stanley Hoffmann ne cherche pas à inculquer une certaine doctrine à ses élèves, leur apprenant plutôt à adopter une démarche critique, comprenant l’examen de tous les aspects d’un problème avant l’émission d’un jugement. Il voue également un attachement considérable à ses étudiants et les plaçait au cœur de ses priorités. Il est ainsi nommé University Professor à Harvard en 1997, titre honorifique rarement délivré par la prestigieuse université américaine.

Constatant le manque d’un véritable lieu d’études consacré à l’Europe au sein d’Harvard, il participe activement à la fondation du Centre d’Etudes Européennes (CES), qu’il préside depuis sa création en 1973 jusqu’en 1995. Le CES reste à ce jour le plus prestigieux centre de recherches dédié à l’Europe sur le territoire américain, et est désormais un lieu important d’échanges et de visites de haut niveau.

Il représente un élément charnière entre le monde américain et notre pays. Reconnu comme l’un des plus fin connaisseurs de l’histoire et de la société française aux Etats-Unis, il est parvenu à promouvoir dans les milieux universitaires et politiques des Etats-Unis une connaissance ouverte et sophistiquée des réalités politiques et sociales de la France.

Il laisse un souvenir indélébile dans la mémoire de ceux qui l’ont rencontré, qui ont pu assister à ses séminaires ou lire ses ouvrages. C’était un véritable honneur pour la France de le compter parmi ses concitoyens et il sera sincèrement regretté.

Dernière modification : 15/09/2015

Haut de page